Skip links

Scope 3 : quelles sont les émissions prises en compte ?

Résumé

Le Scope 3 englobe les émissions indirectes liées à une organisation, mais souvent négligées. Il comprend les émissions en amont, telles que l'extraction des matières premières et les voyages d'affaires, ainsi que les émissions en aval, comme le transport des produits finis et leur fin de vie.
Comptabiliser le Scope 3 est crucial pour avoir une vue complète de l'empreinte carbone d'une entreprise et pour identifier des domaines d'amélioration dans sa chaîne d'approvisionnement.
Cette comptabilisation permet non seulement de renforcer l'engagement environnemental d'une entreprise, mais aussi de créer de la valeur pour ses parties prenantes.
Commencez votre avenir décarboné entre de bonnes mains

INDEX

% de l'article lu

Introduction

Les changements climatiques ont placé les émissions de gaz à effet de serre (GES) au cœur des préoccupations des entreprises et des institutions. Si les émissions directes d’une organisation sont souvent bien identifiées, celles du Scope 3, couvrant la totalité de la chaîne de valeur, restent plus floues.
Dans cet article, découvrez le Scope 3 en détail et leurs impacts sur la stratégie environnementale globale des entreprises.

mountains symbolizing scope 1 2 3

Scope 3 : les émissions indirectes non liées à l’organisation

Le Scope 3 fait partie du GHG Protocol, qui est un ensemble de normes internationalement reconnues pour la comptabilisation des émissions des GES d’une organisation.

Ce Scope se concentre sur les émissions indirectes, qui ne sont pas directement liées à l’activité principale de l’organisation, mais résultent néanmoins de ses activités globales.

Ces émissions sont souvent qualifiées de « chaîne de valeur », car elles prennent en compte les émissions générées tout au long du cycle de vie d’un produit ou d’un service, de l’extraction des matières premières à la fin de vie du produit. Le Scope 3 englobe donc une vaste gamme d’émissions.

Il est crucial de comprendre que, bien que ces émissions ne soient pas directement contrôlées ou possédées par l’organisation, elles représentent souvent la majorité de son empreinte carbone totale. Ainsi, mesurer le Scope 3 d’une organisation permet d’offrir une vision complète de son impact environnemental, au-delà de ses opérations immédiates.

Les émissions du Scope 3

En amont

Les émissions en amont font référence aux émissions qui se produisent avant que les produits ou services n’arrivent à l’organisation. Ces émissions peuvent être attribuées à un large éventail d’activités associées à la production et à la livraison de biens ou de services à l’entreprise :

Acquisition de matières premières : Cela englobe les émissions résultant de l’extraction, de la production et du transport des matières premières que l’organisation utilise dans ses produits ou services.

Production de biens achetés : Ces émissions sont liées à la fabrication des produits que l’entreprise achète pour ses activités.

Transport des matières premières et des produits achetés : Cela concerne les émissions produites lors du transport des matières premières vers les sites de fabrication et des produits finis vers l’organisation. Ces émissions peuvent varier considérablement en fonction du mode de transport (camion, avion, bateau, etc.) ainsi que de la distance.

Activités liées aux voyages d’affaires : Les émissions issues de déplacements professionnels, qu’il s’agisse de vols internationaux ou de trajets en voiture pour des réunions.

Activités liées aux déplacements des employés (non incluses dans le Scope 1) : Ici, on considère les émissions résultant des trajets quotidiens des employés pour se rendre au travail.

Autres émissions indirectes en amont : Cette catégorie permet de comptabiliser toutes les autres émissions en amont qui ne rentrent pas dans les catégories précédentes.

En aval

Les émissions en aval sont définies comme des émissions générées une fois le produit ou service vendu par l’organisation :

Transport et distribution des produits finis : Ces émissions se réfèrent au transport des produits de l’organisation vers leurs points de vente ou directement aux consommateurs. Chaque étape du processus de distribution contribue à la génération d’émissions.

Utilisation des produits vendus (impact post-vente) : Une fois le produit entre les mains du consommateur, son utilisation continue de générer des émissions.

Fin de vie des produits vendus : Cette catégorie englobe les émissions provenant de la décomposition des déchets, de leur incinération, du processus de recyclage ou de tout autre traitement de fin de vie du produit.

Activités franchisées : Si l’organisation possède des franchises, les émissions générées par ces entités doivent également être prises en compte.

Investissements : Les émissions liées aux investissements se réfèrent à celles générées par les entreprises ou projets dans lesquels l’organisation investit.

Autres émissions indirectes en aval : Cette catégorie englobe toutes les autres sources d’émissions en aval qui n’ont pas été mentionnées précédemment.

Impact de la comptabilisation

Les émissions du Scope 3 représentent souvent une part importante de l’empreinte carbone totale d’une organisation, notamment pour celles qui ont externalisé de nombreuses étapes de leur chaîne de production. En les ignorant, une entreprise sous-estime considérablement son impact réel sur le climat. De plus, la transparence vis-à-vis de ces émissions est devenue un élément clé pour la réputation des entreprises, car elle reflète leur engagement environnemental.

La prise en compte du Scope 3 permet aux entreprises d’identifier des domaines d’amélioration dans leur chaîne d’approvisionnement. Pour une société, une bonne compréhension et une comptabilisation détaillée de ses émissions représentent une opportunité unique de repenser sa stratégie de durabilité. Elle peut, par exemple, opter pour des fournisseurs adoptant des pratiques plus vertes, repenser la conception de ses produits pour minimiser les émissions post-vente, ou encourager les consommateurs à adopter des comportements plus durables.

En intégrant les émissions du Scope 3 dans sa stratégie, l’entreprise se positionne non seulement comme un leader en matière d’environnement, mais crée également de la valeur pour ses actionnaires, ses employés et ses clients.

Comprendre et gérer les émissions est fondamental pour une stratégie de durabilité efficace. Une approche proactive en matière de Scope 3 renforce la responsabilité environnementale d’une entreprise, mais constitue également un avantage concurrentiel pour les organisations.

La comptabilisation du Scope 3 via le logiciel de calcul d'empreinte carbone de D-Carbonize permet aux entreprises d’identifier de nouveaux défis en matière d’émissions, ainsi que d’établir une stratégie afin de réduire celles-ci.

Envoyer un message