Skip links

Comment faire un bilan carbone?

Résumé

Le processus de réalisation d'un bilan carbone est une démarche cruciale pour les entreprises, que ce soit par obligation légale ou par volonté d'engagement environnemental.
Composé de cinq grandes étapes, ce processus vise à localiser et analyser les émissions de gaz à effet de serre (GES) pour ensuite les réduire. Les étapes incluent la définition du périmètre du calcul, la collecte des données sur les activités émettrices, l'exploitation de ces données, la définition d'un plan d'action et enfin la communication de ce plan.
Chaque phase requiert une attention particulière et un travail méticuleux, depuis la collecte des données jusqu'à la mise en place de stratégies de réduction des émissions.
L'objectif ultime est de contribuer à la protection du climat tout en renforçant l'image de marque de l'entreprise en tant qu'acteur engagé.
Commencez votre avenir décarboné entre de bonnes mains

INDEX

% de l'article lu

Introduction

Réaliser son bilan carbone est une obligation légale pour une partie des entreprises ou découle d’une volonté d’engagement en matière environnementale pour les autres. L’objectif final du bilan carbone est de localiser et d’analyser les émissions de GES afin de les réduire.
Mais comment faire un bilan carbone d’entreprise ? 
Voici les 5 grandes étapes qui le composent.

someone who does a carbon footprint

1. Définir le périmètre du calcul de l’empreinte carbone

Le périmètre géographique

Il s’agit de déterminer à quels bâtiments, quelles installations et quels équipements s’applique le calcul de l’empreinte carbone. Si l’entreprise dispose de plusieurs entités dans plusieurs pays, il s’agit aussi de définir le tracé autour des pays à inclure dans le calcul.

Le périmètre opérationnel

Lors de cette étape, on définit le tracé autour des activités émettrices de CO2 dont l’organisation en question est considérée comme responsable. Il peut s’agir des émissions directes, comme la consommation d’énergie pour les machines, et les émissions indirectes, comme les émissions de CO2 des fournisseurs de matières premières.

2. Collecter les données sur les activités émettrices

Après avoir défini le périmètre du calcul de l’empreinte carbone, l’expert carbone collecte les informations sur tous les postes d’émission de CO2. Il s’agit le plus souvent de factures (pour l’énergie et la logistique), de documents comptables (pour les actifs de l’entreprise comme le matériel informatique) et d’enquêtes auprès des collaborateurs (émissions dûes aux trajets domicile-travail).

a pencil and a notebook with data to do a carbon footprint

La complexité de la récolte de données

Lors de la collecte des données, les experts carbone sont généralement confrontés à plusieurs difficultés

Un manque de disponibilité des collaborateurs qui ne mesurent pas l'utilité de réaliser un bilan carbone, d’où la nécessité de sensibiliser le personnel,

Le temps nécessaire pour identifier les personnes qui disposent des données,

Des fichiers Excel incomplets et/ou à nettoyer,

Des données essentielles qui ne sont parfois pas répertoriées (nombre de machines recyclées, etc.).

Il en résulte que cette étape est une des plus complexes et la plus chronophage d’un bilan carbone. Pour y remédier, l’expert carbone aura recours à un certain nombre d’outil pour accélérer le processus :

Des fichiers-type de collecte d’informations, avec une structure prédéfinie, réutilisables d’une entité à l’autre, et que les collaborateurs n’ont qu’à remplir

Des guides de collecte d’informations pour indiquer aux collaborateurs quelle information est nécessaire et dans quel format

Dans l’éventualité où une donnée est indisponible, l’expert carbone continuera l’analyse avec une hypothèse validée par l’entreprise, celle-ci sera aussi documentée dans le rapport final

L’intérêt de préparer la collecte des données

Au préalable de la collecte de données, il est fortement recommandé d’établir un diagramme établissant le lien entre collaborateurs et informations à fournir. De façon générale, plus la collecte de données est préparée en amont et de façon collaborative en invitant tous les responsables de données, plus celle-ci sera rapide.

3. Exploiter les données collectées

Les données sur les activités émettrices étant exprimées en différentes unités (kilos, litres, kWh, kilomètres, etc.), lors de cette étape l’expert carbone établit pour chaque donnée un facteur d’émission permettant d’exprimer l’activité en tonnes d’équivalent de CO2.

Pour ce faire, l’expert carbone utilise une ou plusieurs bases de données de facteurs d’émission fournies par des organismes tels que l’ADEME. En additionnant les tonnes d’équivalent CO2 émises par chaque activité, on arrive au bilan carbone global de l’organisation.

4. Définir le plan d’action

Le bilan carbone n’est pas un fin en soi. En effet, il fait partie intégrante de la démarche RSE. Il doit servir à élaborer le plan d’action du bilan carbone, c’est-à-dire les moyens à déployer pour réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES) à court, moyen et long terme. 

Une fois le plan de réduction défini, l’organisation met en place une stratégie de compensation des GES. À la différence de la réduction, la compensation ne modifie pas la quantité de GES rejetés dans l’atmosphère. Elle vise plutôt l'absorption du CO2 dans des capteurs naturels, comme les arbres.

La compensation n’intervient qu’en dernier recours, et uniquement pour les émissions résiduelles après la mise en place des stratégies de réduction. Cette stratégie de réduction des émissions de GES doit être cohérente avec les objectifs nationaux de réduction en vigueur. Ce plan de transition, qui vient compléter le bilan d’émissions, est obligatoire en France depuis le 1er janvier 2023.

5. Communiquer son plan carbone

Lors de cette étape cruciale, l’organisation partage avec ses partenaires internes et externes ses engagements envers la protection du climat : le résultat de son empreinte carbone et ses efforts pour la réduire (plan d’action)

En communiquant sa stratégie carbone, l’organisation veille à être honnête, notamment par rapport à la différence entre réduction et à la compensation de ses GES, sous risque justifié d’accusations de “green-washing”. Cette étape est d’autant plus importante qu’elle permet de fédérer tous les acteurs de la chaîne de valeur de l’organisation (fournisseurs, partenaires, clients, etc.) autour de la protection du climat. Communiquer ses engagements permet d’améliorer son image de marque employeur, les candidats étant de plus en plus sensibles à cette cause. Il s’agit d’un des avantages d’effectuer son bilan carbone.

Explorez le concept de l'empreinte carbone en profondeur en cliquant sur ce lien, ou lisez notre vue d'ensemble complète sur les calculateurs d'empreinte carbone ici.

Réduisez l’empreinte carbone de votre entreprise en réservant une démo avec les experts D-Carbonize.

Demandez une démo